Du Transport Durable et Sécuritaire

man-riding-bicycle-on-city-street-310983

Le RÉV propose un plan d’action global pour répondre aux besoins actuels des réseaux de transport public à travers le pays et développer des lignes ferroviaires à grande vitesse entre les principales villes canadiennes et le long des axes routiers les plus denses. Le plan d’action prévoit:

  • 53,5 milliards $ au titre des dépenses en immobilisations des réseaux de transport public municipaux sur une période d’investissement de cinq ans, débutant dès que possible.
  •  De ce montant, 17,6 milliards $ (33 % du financement) n’entrent pas dans le cadre des plans de financement existants. Cela demanderait un financement supplémentaire de la part des provinces et du gouvernement fédéral.
  • 25,7 milliards $ au titre de la conception et de la construction de trois projets majeurs de réseaux de trains à grande vitesse (TGV). De ce montant, environ 20 milliards $ seraient consacrés à la construction d’une ligne à grande vitesse entre Québec et Windsor, 3,7 milliards $ seraient investis dans une ligne entre Calgary et Edmonton, et 2 milliards $ dans une ligne entre Vancouver et Seattle.

Une réglementation solide sur l’utilisation de ressources locales est indispensable, à l’instar d’autres pays (y compris nos partenaires des accords de « libre-échange »), pour que nos initiatives de transports écologiques soient créatrices de bons emplois. Cela permettra en outre de générer les recettes fiscales nécessaires pour couvrir ces importants investissements. Nous devons mettre en place des politiques industrielles qui profitent aux différentes composantes de nos collectivités.

Le Canada a pris un très grand retard dans la modernisation de son infrastructure ferroviaire interurbaine. De plus, améliorer et étendre les réseaux de transport public peut s’avérer très positif pour l’environnement et l’emploi. Il faut offrir aux Canadiennes et aux Canadiens un plan d’action global plus sérieux pour développer et étendre les réseaux de transports publics. À l’heure actuelle, les provinces et le gouvernement fédéral contribuent au financement des projets municipaux d’investissement dans les transports publics. Les municipalités se retrouvent néanmoins à supporter la plus grande partie des coûts opérationnels et des coûts en capital. Nous profitons tous des avantages, aussi est-il important de partager la charge financière.